Bibliothèque numérique  ► Tafsir Rasag ► Présentation et sommaire

Tafsir Rasag : Proverbes (chapitres 11-20)

Traduction partielle en français du Tafsir du Rabbin Saadia Gaon (Rasag) publiée sous la direction de Joseph Derenbourg (1893-1899) accompagné du texte hébraïque traduit par le Rabbinat français dir. Zadoc Kahn (1899-1906).


En noir, traduction française du texte hébraïque par le Rabbinat français. En vert, traduction française du Tafsir de R. Saadia Gaon éditée par Joseph Derenbourg.

1:1

Proverbes de Salomon, fils de David, roi d’Israël :

TR

Proverbes de Salomon, fils de David, roi du peuple d’Israël,

 
1:2

[Grâce à eux], on apprend à connaître la sagesse et la morale, à goûter le langage de la raison ;

TR

pour faire connaître la sagesse et la morale, et pour rendre compréhensibles les paroles de l’intelligence,

 
1:3

à accueillir les leçons du bon sens, la vertu, la justice et la droiture.

TR

et afin qu’on accepte l’instruction rationnelle, et (ce qui est) exact, nécessaire ou juste1* ;

 
1:4

Ils donnent de la sagacité aux simples, au jeune homme de l’expérience et de la réflexion.

TR

afin de donner aux insouciants de l’ardeur2*, et aux jeunes gens le savoir et la réflexion.

 
1:5

En les entendant, le sage enrichira son savoir, et l’homme avisé acquerra de l’habileté.

TR

Le sage écoutera et en sera d’autant plus instruit, et l’homme sensé acquerra les artifices3*,

 
1:6

On saisira mieux paraboles et sentences, les paroles des sages et leurs piquants aphorismes.

TR

pour faire comprendre la fable, l’interprétation, les discours des sages et leurs récits4*.

 
1:7

La crainte de l’Éternel est le principe de la connaissance ; sagesse et morale excitent le dédain des sots.

TR

La crainte de Dieu est ce qu’ordonne en premier la science ; la sagesse et la morale, les sots les méprisent toutes deux.

 
1:8

Écoute, mon fils, les remontrances de ton père, ne délaisse pas les instructions de ta mère ;

TR

Écoute, mon fils, la morale que te fait ton père, et n’abandonne pas la direction donnée par la mère,

 
1:9

car elles forment un gracieux diadème pour ta tête et un collier pour ton cou.

TR

car toutes deux sont un diadème de grâce sur ta tête et des colliers à ton cou.

 
1:10

Mon fils, si des criminels cherchent à t’entraîner, ne leur cède point ;

TR

mon fils, si les pécheurs veulent te séduire, n’y consens pas,

 
1:11

s’ils disent : « Viens donc avec nous, nous allons combiner des meurtres, attenter sans motif à la vie de l’innocent ;

TR

alors qu’ils te disent : « Viens avec nous, embusquons-nous pour (verser) du sang, guettons sans motif l’innocent ;

 
1:12

comme le Cheol nous les engloutirons vivants, tout entiers comme ceux qui descendent dans la tombe.

TR

faisons-le périr, comme (s’il descendait dans) la tombe, encore plein de vie, et comme s’il descendait dans la fosse, encore plein de santé.

 
1:13

Nous ferons main basse sur tout objet de prix ; nous remplirons nos maisons de butin.

TR

Nous trouverons tout trésor précieux, et nous remplirons nos maisons de butin.

 
1:14

Tu associeras ton sort au nôtre : nous ferons tous bourse commune, »

TR

Mets ton lot avec le nôtre ; nous aurons tous la même bourse. »

 
1:15

mon fils, ne fraye pas avec eux, écarte tes pas de leur sentier ;

TR

Ô mon fils, ne va pas en route avec eux, écarte ton pied de leurs sentiers,

 
1:16

car leurs pieds se précipitent vers le mal, ils ont hâte de répandre le sang.

TR

car leurs pieds courent pour le mal ; et ils se hâtent pour verser le sang.

 
1:17

Certes les filets paraissent dressés sans aucun but aux yeux de la gent ailée :

TR

C’est ainsi que le filet semble aux oiseaux être tendu sans but.

 
1:18

eux aussi en veulent à leur propre sang, et c’est à eux-mêmes qu’ils dressent un piège.

TR

Mais eux ils dressent une embûche pour (répandre) leur (propre) sang, et ils guettent leur (propre) vie.

 
1:19

Tel est le sort auquel court quiconque poursuit le lucre : il coûte la vie à ceux qui l’ambitionnent.

TR

Telle est la voie que suit celui qui est avide de gain ; cette (passion) enlève la vie à celui qui en est possédé5*.

 
1:20

La sagesse prêche dans la rue ; sur les voies publiques elle élève la voix.

TR

La Sagesse lance un appel sur la place ; dans la rue elle fait entendre sa voix ;

 
1:21

Elle appelle à elle au milieu des bruyants carrefours, à l’entrée des portes. En pleine ville, elle fait entendre ses discours :

TR

à l’entrée des ruelles elle invite, et aux ouvertures des portes dans la ville, elle se met à parler :

 
1:22

« Jusqu’à quand, niais, aimerez-vous la sottise, et vous, persifleurs, aurez-vous du goût pour la moquerie ? [Jusqu’à quand], insensés, haïrez-vous le savoir ?

TR

Jusqu’à quand, ô insouciants, aimerez-vous l’insouciance, tandis que les gens moqueurs6* ont désiré pour eux-mêmes la moquerie et que les sots haïssent la science ?

 
1:23

Cédez à mes remontrances ; voici, je veux vous ouvrir les sources de mon esprit, vous enseigner mes paroles.

TR

Si vous vous rendez à mes remontrances, je vous exposerai mon avis, et je vous ferai connaître mon discours.

 
1:24

Puisque j’ai appelé et que vous avez refusé de m’entendre ; puisque j’ai tendu la main et que personne n’y a fait attention

TR

Parce que je vous ai appelés, et vous avez refusé (de venir), et que j’ai tendu la main et aucun de vous ne m’écoutait,

 
1:25

puisque vous avez repoussé tous mes conseils et que vous n’avez pas voulu de mes remontrances,

TR

que vous avez repoussé tous mes conseils, et n’avez pas voulu de mes remontrances,

 
1:26

en retour je rirai, moi, de votre malheur, je vous raillerai quand éclatera votre épouvante ;

TR

moi aussi je rirai de votre ruine, je me moquerai quand viendra ce que vous redoutez,

 
1:27

oui, quand éclatera votre épouvante, pareille à une tempête, et votre malheur, tel qu’un ouragan, quand fondront sur vous détresse et angoisse.

TR

quand votre terreur s’avancera comme la tempête, que votre ruine arrivera comme l’ouragan, et que fondront sur vous le malheur et la détresse.

 
1:28

Alors on m’appellera et je ne répondrai point, on me cherchera, mais on ne me trouvera pas.

TR

Alors il m’appelleront et je ne leur répondrai pas ; ils me chercheront et ne me trouveront pas,

 
1:29

Aussi bien, ils ont détesté le savoir, ils n’ont eu aucun goût pour fa crainte de l’Éternel.

TR

en raison de ce qu’ils ont haï la science, et qu’ils n’ont pas choisi la crainte de Dieu,

 
1:30

Ils n’ont pas voulu de mes conseils, n’ont eu que du dédain pour toutes mes réprimandes.

TR

qu’ils n’ont pas voulu de mon conseil, et ont rejeté toutes mes remontrances,

 
1:31

Qu’ils se nourrissent donc du fruit de leur conduite, qu’ils se rassasient de leurs résolutions !

TR

qu’ils goûtent donc du fruit de leurs opinions, et qu’ils se rassasient de leurs conseils ;

 
1:32

Assurément, la rébellion des niais les perdra, et la fausse quiétude des sots causera leur ruine.

TR

car l’insolence des insouciants les tue, et l’égarement des sols les perd.

 
1:33

Mais quiconque m’écoute demeurera en sécurité, exempt de la crainte du malheur. »

TR

Mais celui qui m’écoute demeurera en sûreté, et à l’abri des terreurs de l’adversité.

 
 

Chapitre 2

2:1

Mon fils, puisses-tu accueillir mes paroles, te pénétrer de mes recommandations,

TR

Ô mon fils, si tu accueilles mon discours et que tu conserves auprès de toi mes préceptes,

 
2:2

en prêtant une oreille attentive à la sagesse et en ouvrant ton cœur à la raison !

TR

si tu prêtes l’oreille à la sagesse et que tu inclines ton cœur vers la raison,

 
2:3

Puisses-tu invoquer le bon sens et adresser un appel pressant à la raison,

TR

si tu invoques l’intelligence et que tu lances un appel à la raison,

 
2:4

la souhaiter comme de l’argent, la rechercher comme des trésors !

TR

si tu les recherches toutes deux, comme on recherche l’argent, et fouilles après elles comme après des trésors,

 
2:5

Car alors tu auras le sens de la crainte de l’Éternel et tu atteindras la connaissance de Dieu.

TR

alors tu comprendras la crainte de Dieu et tu trouveras la connaissance de Dieu.

 
2:6

C’est l’Éternel, en effet, qui octroie la sagesse ; de sa bouche émanent la science et la raison.

TR

Car Dieu donne la sagesse, et de sa parole (émanent) la connaissance et la raison.

 
2:7

Il réserve le succès aux hommes droits ; il est un bouclier pour ceux qui marchent dans l’intégrité.

TR

Il réserve aux hommes droits la doctrine7*, il est un bouclier pour ceux qui marchent dans l’intégrité,

 
2:8

Il protège les voies de la justice, et veille sur la route de ses pieux adorateurs.

TR

protégeant les sentiers de la justice, et veillant sur les chemins de ses hommes pieux.

 
2:9

Alors aussi tu auras une juste idée de la vertu et du droit, de l’équité et de toute bonne direction.

TR

Alors tu comprendras l’équité, la justice, la droiture, et toute bonne voie.

 
2:10

Puisse donc la sagesse pénétrer en ton cœur et la science faire les délices de ton âme !

TR

Lorsque la sagesse entrera dans ton cœur et que la connaissance fera les délices de ton âme,

 
2:11

Puisse la réflexion être ta sauvegarde et la raison ta protection !

TR

la réflexion veillera sur toi, et la raison te protégera.

 
2:12

Ainsi tu seras préservé du chemin du malfaiteur, des gens qui débitent des perversités,

TR

(La réflexion et la raison) te préserveront du mauvais chemin et de l’homme qui parle avec versatilité,

 
2:13

qui abandonnent les chemins droits pour suivre des routes ténébreuses,

TR

de ceux qui abandonnent les sentiers de la droiture et qui suivent les voies ténébreuses,

 
2:14

qui se réjouissent de faire du mal, sont transportés de joie par les attentats criminels,

TR

de ceux qui sont heureux de faire le mal et se réjouissent de le varier8*,

 
2:15

dont les voies sont tortueuses et les sentiers pleins de détours.

TR

dont les voies sont difficiles et qui prennent des chemins détournés.

 
2:16

Par là aussi tu seras sauvé de la femme d’autrui, de l’étrangère aux paroles mielleuses,

TR

Toutes deux te sauveront de la femme d’autrui, de l’étrangère aux paroles doucereuses,

 
2:17

qui a trahi l’ami de sa jeunesse, et oublié l’alliance de son Dieu.

TR

qui abandonne l’ami de sa jeunesse, et a oublié l’alliance (consacrée) par Dieu.

 
2:18

Certes, sa maison penche vers la mort et ses sentiers conduisent vers les ombres des trépassés.

TR

Elle a incliné sa maison vers la mort, et ses voies (conduisent) vers les trépassés.

 
2:19

Aucun de ceux qui vont chez elle ne revient, incapable de retrouver le chemin de la vie1.

TR

Tous ceux qui entrent chez elle ne reviendront plus, et ils n’atteindront pas les chemins de la vie (future).

 
2:20

Puisses-tu donc suivre le chemin des hommes de bien, et t’attacher aux voies des justes !

TR

(Je dis ceci) pour que tu marches dans la route des gens de bien, et que tu gardes les voies des justes9*.

 
2:21

Car ce sont les hommes droits qui occuperont la terre, et les intègres qui s’y maintiendront ;

TR

Certes, les hommes droits habiteront le monde et les gens intègres y resteront ;

 
2:22

tandis que les méchants en seront extirpés et les traîtres violemment arrachés.

TR

les méchants en seront retranchés et les perfides en seront effacés.

 
 

Chapitre 3

3:1

Mon fils, n’oublie pas mon enseignement ; que ton cœur retienne mes recommandations.

TR

Mon fils, n’oublie pas ma loi, et que ton cœur garde mes préceptes,

 
3:2

Car ils te vaudront de longs jours, des années de vie et de paix.

TR

car ils augmenteront la durée de ton existence, les années de ta vie et ton bonheur.

 
3:3

Que la bonté et la vérité ne te quittent jamais : attache-les à ton cou, inscris-les sur les tablettes de ton cœur,

TR

Que la bonté et la vérité ne te quittent point ; mais attache-les à ton cou et inscris-les sur les tablettes de ton cœur.

 
3:4

et tu trouveras faveur et bon vouloir aux yeux de Dieu et des hommes.

TR

Alors, tu trouveras la grâce et le (renom) d’un esprit juste aux yeux de Dieu et des hommes.

 
3:5

Confie-toi en l’Éternel de tout cœur, mais ne te repose pas sur ton intelligence.

TR

Confie-toi à Dieu sincèrement et ne t’en remets pas à ta raison.

 
3:6

Dans toutes tes voies, songe à lui, et il aplanira ta route.

TR

Dans toute ta conduite, reconnais (ce que tu) lui (dois), alors il aplanira tes voies.

 
3:7

Ne te prends pas pour un sage : crains l’Éternel et fuis le mal

TR

Ne sois pas sage à tes propres yeux, crains Dieu et évite le mal.

 
3:8

ce sera la santé pour ton corps ; une sève généreuse pour tes membres.

TR

Ce sera une guérison pour tes articulations et un breuvage pour tes os.

 
3:9

Honore l’Éternel avec tes biens, avec les prémices de tous tes produits ;

TR

Honore Dieu avec ta fortune et avec les prémices de toutes tes récoltes.

 
3:10

alors tes celliers regorgeront d’abondance et tes pressoirs déborderont de vin.

TR

Alors tes granges se rempliront de produits abondants et tes cuves déborderont de moût.

 
3:11

Ne rejette pas l’admonestation de l’Éternel, ne t’insurge pas contre sa réprimande ;

TR

Ne dédaigne pas, ô mon fils, les leçons de Dieu, et ne sois pas lassé de ses avertissements,

 
3:12

car celui qu’il aime, l’Éternel le châtie, tel un père le fils qui lui est cher.

TR

car Dieu avertit celui qu’il aime, agissant à son égard comme il plaît au père d’agir envers son fils.

 
3:13

Heureux l’homme qui a atteint la sagesse, le mortel qui met en œuvre la raison !

TR

Heureux l’homme qui a trouvé la sagesse, et à qui la raison a été accordée10* !

 
3:14

Car le trafic en vaut plus que celui de l’argent, et les fruits qu’elle donne l’emportent sur l’or fin.

TR

car en faire le commerce vaut mieux que faire le commerce de l’argent, et le produit qu’on en tire vaut mieux que l’or fin.

 
3:15

Elle est plus précieuse que les perles, tes plus chers trésors ne la valent point.

TR

Elle est plus précieuse que les pierreries, et rien de ce que tu désires ne la vaut.

 
3:16

Elle porte la longévité en sa droite, et en sa gauche la richesse et l’honneur.

TR

La longévité est à sa droite, et à sa gauche la richesse et l’honneur.

 
3:17

Ses voies sont des voies pleines de délices, et tous ses sentiers aboutissent au bonheur.

TR

Ses chemins sont les chemins de la félicité et ses sentiers (conduisent au) bonheur.

 
3:18

Elle est un arbre de vie pour ceux qui s’en rendent maîtres : s’y attacher, c’est s’assurer la félicité.

TR

Elle est l’arbre de vie pour ceux qui la saisis sent, et ceux qui la soutiennent sont dans la bonne voie.

 
3:19

L’Éternel, par la sagesse, a fondé la terre ; par l’intelligence, il a affermi les cieux.

TR

Dieu a fondé la terre avec sagesse et a disposé les cieux avec raison.

 
3:20

Par sa science, les abîmes s’entrouvrent, et les nuées ruissellent de rosée2.

TR

Par sa science, les masses d’eau ont jailli, et par elle les hauteurs (célestes) distillent la rosée.

 
3:21

Mon fils, ne les laisse pas s’éclipser à tes yeux, reste fidèle à la vérité, et à la réflexion.

TR

Donc, ô mon fils, que cela11* ne s’écarte pas de tes yeux, garde la doctrine et la réflexion.

 
3:22

Elles seront un gage de vie pour ton âme, un ornement gracieux pour ton cou.

TR

Elles seront la vie pour ton âme, la grâce (d’une parure) pour ton cou.

 
3:23

Dès lors, tu suivras en sécurité ta route, et ton pied ne bronchera pas.

TR

Alors, tu suivras ton chemin avec assurance, et ton pied ne se heurtera à rien.

 
3:24

Lorsque tu te livreras au repos, tu n’éprouveras aucune crainte, tu te coucheras et goûteras un doux sommeil.

TR

Lorsque tu te coucheras, tu seras sans crainte, et lorsque tu dormiras, ton sommeil te sera doux.

 
3:25

Tu ne seras pas exposé à des terreurs soudaines ni au malheur qui fond sur le méchant.

TR

Ne redoute pas la terreur soudaine, ni le tumulte des méchants, quand il s’avance,

 
3:26

Car l’Éternel sera l’objet de ton espoir ; il préservera ton pied des embûches.

TR

car en Dieu sera ta confiance, il empêchera ton pied d’être pris (au piège).

 
3:27

Ne refuse pas un bienfait à ceux qui y ont droit, alors qu’il est en ton pouvoir de l’accorder.

TR

Ne refuse pas le bienfait aux gens (qui le demandent)12* lorsque tu as les moyens de le faire.

 
3:28

Ne dis pas à ton prochain : « Va, tu reviendras ; demain je donnerai », quand tu as de quoi.

TR

Ne dis pas à ton prochain : « Va-t’en et reviens ; demain je te donnerai », alors que tu as de quoi.

 
3:29

Ne médite pas de mal contre ton prochain, tandis qu’il demeure sans défiance auprès de toi.

TR

Ne prépare pas le mal contre ton prochain, surtout quand il demeure en sécurité avec toi.

 
3:30

Ne cherche pas de vaine querelle à l’homme qui ne t’a fait aucun mal.

TR

Ne cherche pas à quelqu’un une querelle gratuite, surtout lorsqu’il ne t’a pas fait de mal.

 
3:31

Ne porte envie à aucun homme injuste et n’adopte aucun de ses procédés.

TR

Ne sois point jaloux d’un homme injuste, et ne choisis aucune de ses voies,

 
3:32

Car l’Éternel a en horreur les gens tortueux, mais les justes jouissent de son intimité.

TR

car Dieu a en horreur les pervers et (réserve) son secret aux hommes droits.

 
3:33

La malédiction de l’Éternel repose sur la maison du méchant, mais la demeure du juste est bénie.

TR

Sa malédiction (pèse) sur les maisons des méchants, mais il bénit la demeure des justes.

 
3:34

Se trouve-t-il en présence de railleurs, il leur oppose la raillerie, mais il accorde sa bienveillance aux humbles.

TR

Certes, il dévoile la moquerie des moqueurs, et donne aux humbles la grâce13*.

 
3:35

L’honneur sera le lot des sages, mais les sots seront mis en vedette par leur honte.

TR

Les sages ont l’honneur en partage ; quant aux sots, leur ignominie est grande.

 
 

Chapitre 4

4:1

Écoutez, enfants, la morale d’un père ; soyez attentifs, pour faire connaissance avec la raison !

TR

enfants, écoutez la leçon des pères, et prêtez l’oreille, pour connaître la raison,

 
4:2

Car je vous donne d’utiles leçons : n’abandonnez pas mon enseignement.

TR

car je vous ai donné un bon enseignement, à savoir ma loi ; ne l’abandonnez pas.

 
4:3

Lorsque j’étais, moi aussi, un enfant au regard de mon père, un fils tendrement et uniquement aimé par ma mère,

TR

Car moi aussi, j’étais, comme vous, un fils pour mon père, (un enfant) délicat et unique pour ma mère.

 
4:4

il m’instruisait en me disant : « Que ton cœur s’attache à mes paroles ; garde mes préceptes et tu vivras ! »

TR

(Mon père) m’a instruit et m’a dit : « Que ton cœur retienne mon discours ; garde mes préceptes et tu vivras.

 
4:5

Acquiers de la sagesse, acquiers de la raison ; n’oublie pas, ne délaisse pas les paroles de ma bouche.

TR

Acquiers la sagesse et la raison. N’oublie pas, et ne dévie pas des paroles de ma bouche.

 
4:6

Ne l’abandonne pas, [la sagesse], et elle te gardera ; aime-la et elle te protégera.

TR

Ne les abandonne pas, elles te garderont ; aime-les, elles te protégeront.

 
4:7

Le principe de la sagesse, c’est d’acquérir la sagesse ; au prix de tous tes biens, rends-toi possesseur de la raison.

TR

Le commencement de la sagesse consiste à l’acquérir et tu arriveras à l’acheter pour toute ta fortune.

 
4:8

Exalte-la, et elle t’élèvera ; elle te vaudra de l’honneur, si tu t’attaches à elle.

TR

Donne-toi entièrement à elle, et elle t’élèvera ; elle t’honorera si tu l’attaches à elle.

 
4:9

Elle posera sur ta tête un diadème de grâce, elle te ceindra d’une couronne de gloire.

TR

Elle mettra sur ta tête un diadème de grâce, et elle t’abritera sous une couronne de gloire. »

 
4:10

Écoute, mon fils, accueille mes paroles, et nombreuses seront les années de ta vie.

TR

Toi aussi, mon fils, écoule, accepte mes paroles, et les années de ta vie se multiplieront.

 
4:11

Je t’enseigne le chemin de la sagesse, je te dirige dans les sentiers de la droiture.

TR

Car je t’ai guidé dans le chemin de la sagesse, et je t’ai fait marcher dans les sentiers de la droiture.

 
4:12

Aussi quand tu marcheras, ne te sentiras-tu pas à l’étroit, et si tu cours, ne buteras-tu point.

TR

Que tu marches, tes pas ne seront pas embarrassés ; où que tu coures, tu ne trébucheras pas.

 
4:13

Tiens-toi fermement à la morale sans jamais faiblir, sois-lui fidèle, car elle est ta vie.

TR

Attache-toi à la morale, ne t’en écarte pas ; garde la sagesse, car elle est ta vie.

 
4:14

N’entre pas dans la voie des impies ; ne foule pas le chemin des méchants.

TR

N’entre pas dans la voie des scélérats, et ne te laisse pas diriger dans leur route.

 
4:15

Évite-le, ne t’y aventure pas ; détourne-toi et passe outre.

TR

Repousse-la (de ta pensée), ne la franchis pas, évite-la et passe ;

 
4:16

Car ceux-là ne peuvent dormir qu’ils n’aient fait du mal ; le sommeil les fuit, s’ils n’ont causé quelque chute.

TR

car ils ne s’endorment pas à moins d’avoir fait du mal, et leur sommeil s’enfuit s’ils n’ont fait trébucher (personne),

 
4:17

Il faut qu’ils mangent le pain de l’iniquité, qu’ils boivent le vin de l’injustice.

TR

ayant mangé la nourriture de l’injustice et buvant le vin des violences.

 
4:18

Tandis que la voie des justes est comme la lumière du matin, dont l’éclat va croissant jusqu’en plein jour,

TR

La voie des justes est comme la lumière de l’aurore, dont la clarté va en croissant jusqu’au plein jour ;

 
4:19

le chemin des pervers est sombre comme les ténèbres ; ils ne savent pas ce qui les fait trébucher.

TR

et la roule des méchants est comme couverte de ténèbres, ils ne savent pas ce qui les fait trébucher.

 
4:20

Mon fils, sois, attentif à mes paroles, incline l’oreille à mes discours.

TR

Mon fils, sois attentif à mon discours et prête l’oreille à mes paroles.

 
4:21

Qu’ils ne s’écartent pas de tes yeux, conserve-les au fond de ton cœur.

TR

Qu’elles ne s’écartent pas de tes yeux, garde-les au fond de ton cœur ;

 
4:22

Car ils sont un gage de vie pour qui les accueille, un gage de santé pour tout le corps.

TR

car elles sont la vie pour ceux qui les trouvent et (apportent) la guérison à tous leurs corps.

 
4:23

Plus que tout trésor garde ton cœur, car de là jaillissent des flots de vie.

TR

Garde ton cœur de tout ce qui est défendu, car de là sortira la vie.

 
4:24

Écarte de ta bouche toute parole tortueuse, éloigne de tes lèvres tout langage pervers.

TR

Éloigne de toi la dureté de paroles, et repousse loin de toi les écarts du langage.

 
4:25

Que tes yeux regardent bien en face, que tes paupières s’ouvrent droit devant toi.

TR

Que tes yeux regardent bien en face, et que tes prunelles soient fixées droit devant loi.

 
4:26

Aplanis avec soin le sentier que foule ton pied, pour pouvoir cheminer en sûreté.

TR

Règle le sentier que suivra ton pied, et tous tes chemins seront assurés.

 
4:27

Ne dévie ni à droite ni à gauche ; éloigne tes pas du mal.

TR

N’incline ni à droite ni à gauche, et détourne ton pied du mal.

 
 

Chapitre 5

5:1

Mon fils, sois attentif à la sagesse que je prêche, incline l’oreille aux conseils de ma raison,

TR

Mon fils, sois attentif à ma sagesse, prête l’oreille à ma raison.

 
5:2

afin d’observer une sage circonspection et de soumettre tes lèvres aux lois de la prudence.

TR

Conserve la réflexion, et que ton langage garde la raison ;

 
5:3

C’est que les lèvres de l’étrangère distillent du miel, et son palais est plus onctueux que l’huile.

TR

car les lèvres de l’étrangère distillent du miel, et son palais est plus doux que l’huile,

 
5:4

Mais à la fin [ce miel] devient amer comme l’absinthe, et [ce palais], acéré comme un glaive à double tranchant.

TR

Mais le résultat (qu’elle amène)est amer comme la coloquinte et acéré comme une épée à deux tranchants.

 
5:5

Ses pieds descendent à la mort, ses pas aboutissent au Cheol.

TR

Ses pieds descendent vers la mort, ses pas aboutissent au tombeau.

 
5:6

Elle n’a garde de fouler le chemin de la vie ; ses sentiers sont mouvants, tu ne t’en douterais pas.

TR

Le chemin de la vie, elle ne le règle pas, et quand les sentiers (qu’elle suit) se confondent, elle ne s’en aperçoit pas.

 
5:7

Et maintenant, mes fils, écoutez-moi : ne vous écartez point des paroles de ma bouche.

TR

Et maintenant, vous, enfants réunis, écoulez-moi, et ne vous écartez pas des paroles de ma bouche.

 
5:8

Éloigne tes pas de cette étrangère ; ne t’approche pas de l’entrée de sa maison.

TR

Éloigne d’elle ton chemin, et ne t’approche pas de la porte de sa maison,

 
5:9

Sans cela tu livrerais à d’autres ton honneur, et les années de ta vie à un cruel ennemi.

TR

afin que tu ne livres pas ton honneur à d’autres, et tes années aux gens cruels,

 
5:10

Des étrangers se gorgeraient du fruit de tes efforts, ton labeur enrichirait la maison d’un inconnu.

TR

que les étrangers ne se rassasient pas de tes forces, et que tes gains ne passent pas dans la maison d’autrui,

 
5:11

Tu te lamenterais sur ta destinée, en voyant se consumer ta chair et ta vigueur corporelle.

TR

que tu n’aies pas à te repentir lors de ta fin, quand ta chair et ton corps seront consumés,

 
5:12

Tu dirais alors : « Ah ! pourquoi ai-je pris en haine la morale, et mon cœur a-t-il repoussé toute remontrance ?

TR

et que tu ne dises pas : « Hélas ! comment ai-je pu haïr l’instruction, et comment mon cœur a-t-il pu rejeter l’avertissement ?

 
5:13

Que n’ai-je écouté la voix de mes guides et prêté l’oreille à mes maîtres ?

TR

Que n’ai-je écouté la voix de mes guides, et prêté l’oreille aux (paroles de) mes maîtres.

 
5:14

Peu s’en est fallu que je ne devinsse la proie de tous les maux, au milieu de l’assemblée, au sein de la société ! »

TR

Pour peu j’aurais été dans le pire état, au milieu de la communauté et de l’assemblée14*. »

 
5:15

Bois [donc] l’eau de ta citerne et l’onde qui coule de ta fontaine.

TR

Bois l’eau à ton puits, et les ondées à ta citerne.

 
5:16

Tes sources doivent-elles se répandre au dehors, tes cours d’eau arroser les places publiques ?

TR

Alors, tes fontaines se répandront au dehors, et il y aura dans la rue des ruisseaux,

 
5:17

Réserve-les à toi seul ; que les étrangers ne les partagent pas avec toi !

TR

qui t’appartiendront à toi seul, et non pas en même temps à des étrangers.

 
5:18

Qu’ainsi soit bénie ta source, et puisses-tu trouver la joie dans la femme de ta jeunesse !

TR

Ta source sera bénie, et réjouis-toi avec la femme de ta jeunesse.

 
5:19

Biche d’amour, gazelle pleine de grâce, que ses charmes t’enivrent en tout temps, et que son amour t’enthousiasme sans cesse !

TR

Biche aimable, gracieuse gazelle, ses mamelles te désaltéreront en tout temps et tu te délecteras toujours de son amour.

 
5:20

Pourquoi, mon fils, t’éprendre d’une étrangère et prodiguer tes caresses à une autre compagne ?

TR

Ne te délecte pas, mon fils, avec l’étrangère, et n’embrasse pas le sein de la femme d’autrui.

 
5:21

Car l’Éternel a les yeux fixés sur les voies de l’homme, il observe la trace de tous ses pas.

TR

Certes les voies de l’homme sont sous les veux de Dieu, et il règle tous ses sentiers.

 
5:22

L’impie est pris dans ses péchés comme dans un lacet, il s’embarrasse dans les entraves de son crime.

TR

Les fautes du criminel l’enlacent, et il est maintenu solidement dans les liens de son péché.

 
5:23

Il meurt faute de loi morale, égaré par l’excès de sa folie.

TR

Il meurt sans être corrigé et tombe dans l’erreur par excès de sottise.

 
 

Chapitre 6

6:1

Mon fils, si tu t’es porté garant pour ton prochain, si tu as engagé ta parole pour un étranger,

TR

Mon fils, que tu aies donné ta garantie pour ton prochain, ou que tu te sois engagé envers l’étranger en mettant ta main dans la sienne15*,

 
6:2

tu es pris au piège de tes promesses ; tu es devenu le prisonnier de ta parole.

TR

tu es pris au piège par les paroles de ta bouche, et tu es enlacé par elles.

 
6:3

Fais donc ceci, mon fils, pour recouvrer ta liberté, puisque tu es tombé au pouvoir d’autrui : va, insiste avec énergie et livre un assaut à ton prochain3.

TR

Use donc d’un moyen, mou fils, pour échapper, puisque tu es tombé entre les mains de ton prochain. Va, humilie-toi et supplie-le.

 
6:4

N’accorde pas de sommeil à tes yeux ni de repos à tes paupières.

TR

Ne donne pas de sommeil à tes yeux ni d’assoupissement à tes prunelles,

 
6:5

Dégage-toi, comme le cerf de la main [du chasseur], comme le passereau de la main de l’oiseleur.

TR

sauve-toi, comme le cerf (échappe) à la main et le passereau au piège.

 
6:6

Va trouver la fourmi, paresseux, observe ses façons d’agir et deviens sage :

TR

Va auprès de la fourmi, ô paresseux, regarde ses allures, et deviens sage,

 
6:7

elle n’a ni maître, ni surveillant, ni supérieur ;

TR

elle qui n’a ni chef, ni préposé, ni gouverneur,

 
6:8

et elle prépare sa nourriture durant l’été, elle amasse ses provisions au temps de la moisson !

TR

et elle prépare en été sa nourriture, et a déjà amassé, lors de la moisson, ses aliments.

 
6:9

Jusqu’à quand, paresseux, resteras-tu couché ? Quand sortiras-tu de ton sommeil ?

TR

Jusqu’à quand, ô paresseux, resteras-tu couché ? Quand te réveilleras-tu de ton sommeil ?

 
6:10

« Ah ! dormir encore un peu, rester un peu assoupi, entrelacer un peu les mains pour reposer ! »

TR

Encore un peu dormir, sommeiller, croiser les bras pour rester couché,

 
6:11

Cependant, la pauvreté s’introduit chez toi comme un rôdeur, et la misère comme un guerrier armé.

TR

et ta pauvreté viendra comme un voyageur, et ton dénuement comme un homme armé d’un bouclier.

 
6:12

Un personnage ignoble, un homme inique, c’est celui qui a recours au langage tortueux,

TR

L’homme pervers a de mauvais desseins, il va en se prononçant difficilement ;

 
6:13

qui cligne des yeux, frappe des pieds, fait des signes avec ses doigts,

TR

il cligne des yeux, il remue les pieds, il fait signe des doigts ;

 
6:14

et, le cœur plein d’artifices, passe son temps à méditer le mal, à déchaîner la discorde.

TR

il a l’intention de revenir (sur sa parole), il se propose de nuire en tout temps, et il fait naître les querelles.

 
6:15

Aussi le malheur fond-il soudain sur lui ; d’un coup, il est brisé et sans retour.

TR

Aussi, le malheur l’atteindra à l’improviste, il sera brisé subitement, sans guérison possible.

 
6:16

Il est six choses que l’Éternel déteste et sept qu’il a en horreur :

TR

Il y a six choses que Dieu hait, et une septième16* qu’il abhorre :

 
6:17

les yeux hautains, la langue mensongère, les mains qui répandent le sang innocent ;

TR

des yeux hautains, une langue mensongère, des mains qui versent le sang innocent,

 
6:18

le cœur qui ourdit des desseins pervers, les pieds impatients de courir au mal,

TR

un cœur qui médite des projets iniques, des pieds qui se hâtent de courir au mal ;

 
6:19

le faux témoin qui exhale le mensonge, enfin l’homme qui déchaîne la discorde entre frères.

TR

débiter des mensonges, ce qui est porter un faux témoignage et faire naître les querelles entre les amis.

 
6:20

Mon fils, sois fidèle aux recommandations de ton père, ne délaisse pas l’enseignement de ta mère.

TR

Garde, mon fils, les préceptes de ton père et de ta mère, ainsi que leurs enseignements, et ne les abandonne pas.

 
6:21

Porte-les constamment attachés à ton cœur, noués à ton cou.

TR

Attache-les toujours sur ton cœur, et qu’ils soient l’ornement de ton cou ;

 
6:22

Qu’ils te guident dans tes marches, veillent sur ton repos et te soient un sujet d’entretien à ton réveil.

TR

car ils te guideront quand tu t’en iras, ils te protégeront dans ton sommeil, et à ton réveil ils s’entretiendront avec toi,

 
6:23

Car le devoir est un flambeau, la doctrine une lumière, les dictées de la morale un gage de vie.

TR

parce que le précepte est un flambeau et la Loi une lumière ; et le chemin qui mène à la vie, ce sont les avertissements de la morale.

 
6:24

C’est ainsi que tu seras protégé contre la femme vicieuse, contre la langue mielleuse de l’étrangère.

TR

Ils te garderont d’une femme mauvaise17* et de la langue doucereuse de l’étrangère.

 
6:25

Ne convoite pas sa beauté en ton cœur, ne te laisse pas prendre à la séduction de ses paupières.

TR

Ne convoite pas sa beauté dans ton cœur, et ne te laisse pas prendre à (l’éclat de) ses prunelles,

 
6:26

Car pour une courtisane on peut être réduit à une miche de pain ; une femme adultère prend dans ses filets un gibier de prix.

TR

car l’homme débauché s’imagine qu’il obtient la femme adultère en lui fournissant une miche de pain, tandis qu’elle fait la chasse à l’âme précieuse.

 
6:27

Peut-on attiser du feu dans son sein, sans que les vêtements soient consumés ?

TR

L’homme peut-il prendre du feu dans son giron, sans que ses vêtements se consument ?

 
6:28

Peut-on marcher sur des charbons ardents, sans se brûler les pieds jusqu’au vif ?

TR

Ou marchera-t-il sur des charbons sans qu’il se brûle les pieds ?

 
6:29

Il en est ainsi de celui qui approche de la femme de son prochain ; il ne restera pas indemne, celui qui la touche.

TR

De même celui qui a commerce avec la femme de son prochain ; quiconque s’approche d’elle ne reste pas impuni18*.

 
6:30

On ne méprise pas le voleur qui commet un larcin pour assouvir sa faim.

TR

Qu’on ne méprise pas le voleur quand il vole, car peut-être ne le fait-il que pour assouvir sa faim,

 
6:31

Mais s’il est pris, il devra payer au septuple, donner tous les biens de sa maison.

TR

et s’il est pris, il paiera une forte amende, ou bien il donnera tout son avoir pour s’acquitter,

 
6:32

Commettre un adultère c’est être insensé qui veut se perdre agit ainsi.

TR

(qu’on ne le méprise pas) au même point qu’on méprise celui qui commet un (adultère), étant dépourvu d’intelligence. Qui veut se perdre, agit ainsi ;

 
6:33

Il ne recueillera que souffrances et déshonneur ; sa honte sera ineffaçable.

TR

il trouvera le malheur et l’ignominie, et son opprobre ne s’effacera pas.

 
6:34

Car la jalousie exaspère la fureur du mari : il sera sans pitié au jour de la vengeance.

TR

Le châtiment (qui lui est infligé par Dieu) sera comme la colère du mari ; (Dieu) n’aura pas pitié au jour de la punition.

 
6:35

Il ne se laissera apaiser par aucune rançon ; il se montrera inexorable, dusses-tu prodiguer les présents.

TR

Il n’acceptera comme réparation aucune rançon ; il ne voudra d’aucun cadeau, si grand qu’il soit.

 
 

Chapitre 7

7:1

Mon fils, retiens mes paroles et pénètre-toi de mes recommandations ;

TR

Mon fils, garde mes paroles, et conserve précieusement chez toi mes préceptes.

 
7:2

garde mes préceptes pour que tu vives, et mon enseignement, comme la prunelle de tes yeux.

TR

Retiens-les et tu vivras par eux, et (garde) ma loi comme la pupille de tes yeux.

 
7:3

Attache-les à tes doigts, inscris-les sur les tablettes de ton cœur.

TR

Attache-les à tes doigts, et inscris-les sur les tablettes de ton cœur.

 
7:4

Dis à la sagesse : « Tu es ma sœur, » et appelle la raison « Mon amie ! »

TR

Dis à la sagesse : Tu es ma sœur, et appelle la raison ma connaissance.

 
7:5

Ainsi tu seras mis en garde contre la femme d’autrui, contre l’étrangère au parler doucereux.

TR

Elles te mettront en garde contre la femme étrangère, contre la femme d’autrui aux paroles doucereuses.

 
7:6

Aussi bien, il m’arriva de regarder par la fenêtre de ma chambre, à travers mon treillis.

TR

Car, pendant que je regardais par une fenêtre de ma demeure et que j’observais à travers la lucarne,

 
7:7

J’observai les jeunes étourdis, je distinguai, parmi eux, un adolescent dépourvu d’intelligence.

TR

je vis parmi les étourdis, et je distinguai parmi les jeunes gens un adolescent manquant d’intelligence.

 
7:8

Il passait dans la rue, près du logis de cette femme, et dirigeait ses pas vers sa maison.

TR

Il passait sur la place près du coin (où se tenait une femme), et s’avançait dans la direction de sa maison,

 
7:9

C’était à l’heure du crépuscule, quand le soir tombait et que la nuit se faisait sombre et obscure.

TR

dans le crépuscule, au déclin du jour, alors que la nuit et les ténèbres s’épaississaient.

 
7:10

Or, voici qu’une femme l’aborde, à la mise de courtisane et au cœur artificieux.

TR

Voici que la femme (vient) à sa rencontre, mise comme une courtisane qui veut ravir les cœurs.

 
7:11

Bruyante et désordonnée, ses pieds ne tiennent pas en place à la maison ;

TR

Elle est bruyante et turbulente ; ses pieds ne reposent point dans sa demeure.

 
7:12

tantôt dans la rue, tantôt sur les places, à chaque coin elle se met aux aguets.

TR

Tantôt sur la place, tantôt dans les rues, elle s’embusque à chaque coin.

 
7:13

Cette femme s’empare de lui, le couvre de baisers et, prenant un air effronté, lui dit :

TR

Elle le saisit et l’embrasse, avec un visage effronté elle lui dit :

 
7:14

« J’avais à faire un sacrifice de reconnaissance, et aujourd’hui même je me suis acquittée de mes vœux.

TR

« Je dois à Dieu des sacrifices rémunératoires, aujourd’hui je vais accomplir mes vœux,

 
7:15

C’est pourquoi je suis sortie à ta rencontre, voulant me trouver face à face avec toi, et te voilà !

TR

parce que, étant sortie à ta rencontre et ayant cherché ta face, je t’ai trouvé.

 
7:16

J’ai paré ma couche de riches broderies, de draps en lin d’Égypte.

TR

J’ai garni mon lit de tapis et de coussins rembourrés à l’égyptienne.

 
7:17

J’ai parfumé mon lit de repos de myrrhe, d’aloès et de cinnamone.

TR

J’ai embaumé ma couche de musc, d’ambre et de bois odoriférant.

 
7:18

Viens donc, enivrons-nous d’amour jusqu’au matin, épuisons les délices des caresses.

TR

Allons, enivrons-nous de caresses toute la nuit jusqu’au matin, et jouissons de l’amour,

 
7:19

Mon mari n’est pas à la maison, il est parti pour un voyage lointain.

TR

car mon mari n’est pas dans la maison, il est allé en voyage au loin ;

 
7:20

Il a emporté sa sacoche avec lui et ne rentrera qu’au jour convenu. »

TR

il a pris sa bourse avec lui, et il ne reviendra pas jusqu’au jour des sacrifices. »

 
7:21

Elle l’ébranle par ce flux de paroles, et achève sa défaite par sa faconde insinuante.

TR

Elle l’entraîne par sa causerie prolongée, elle le séduit par la douceur de sa parole.

 
7:22

Soudain il la suit, comme le bœuf va à l’abattoir, comme un fou qu’on entraîne pour le châtier4,

TR

Je le vis partir derrière elle étourdiment, comme un bœuf qui se laisse conduire à l’abattoir, et comme un débauché (qui est entraîné) vers l’enseignement des sots19*,

 
7:23

comme le passereau se lance dans le piège, jusqu’à ce qu’une flèche lui perce le foie : il ne se doute pas qu’il y va de sa vie.

TR

jusqu’à ce qu’une flèche lui perce le foie, semblable à l’oiseau qui se précipite vers le filet ; il ne sait pas qu’il y va de sa vie.

 
7:24

Et maintenant, mes fils, écoutez-moi, soyez attentifs aux paroles de ma bouche.

TR

Et maintenant, vous, enfants réunis, écoutez-moi et obéissez ; soyez attentifs aux paroles de ma bouche.

 
7:25

Que votre5 cœur ne se détourne pas vers les voies d’une telle femme, ne vous égarez pas dans ses sentiers ;

TR

Que votre cœur ne se détourne pas vers les chemins (de cette femme), et ne vous égarez pas dans ses sentiers,

 
7:26

car nombreuses sont les victimes dont elle a causé la chute, et ceux qu’elle a fait périr sont foule.

TR

car c’est elle qui a fait tomber beaucoup de ceux qui sont terrassés, et ses victimes sont considérables.

 
7:27

Sa maison est comme les avenues du Cheol, qui aboutissent aux demeures souterraines de la mort.

TR

(Aller dans) sa maison, c’est (prendre) les chemins du tombeau qui font descendre aux chambres de la mort.

 
 

Chapitre 8

8:1

Voici la sagesse qui appelle, la raison qui élève la voix.

TR

La sagesse n’appelle-t-elle pas et la raison même n’élève-t-elle pas la voix ?

 
8:2

Sur la cime des hauteurs qui bordent la route, au croisement des chemins, elle s’est postée.

TR

Elle est debout sur les cimes des hauteurs, sur les routes et dans les sentiers qui y conduisent ;

 
8:3

Dans le voisinage des portes qui conduisent dans la cité, à l’entrée des avenues, elle fait retentir ses apostrophes :

TR

à l’emplacement des portes, sur les toits, et aux entrées des maisons, elle s’exclame.

 
8:4

« Mortels, c’est vous que j’appelle ; fils de l’homme, c’est à vous que s’adresse ma voix.

TR

Elle dit : Je vous appelle, vous, hommes réunis, et j’élève ma voix vers tous les fils d’Adam.

 
8:5

Niais, sachez le prix de la réflexion ; sots, sachez le prix de l’intelligence.

TR

insouciants, comprenez l’ardeur ; et vous, sots, faites entrer la raison dans vos cœurs.

 
8:6

Écoutez, car j’énonce de nobles vérités, et mes lèvres s’ouvrent pour des leçons de droiture.

TR

Ecoutez, car je parle avec discernement, et mon discours débute par la droiture.

 
8:7

Oui, ma bouche ne profère que vérité, et mes lèvres ont horreur de l’impiété.

TR

Ma langue professe la vérité, et mes lèvres répugnent à l’injustice.

 
8:8

Elles sont empreintes de droiture, toutes les paroles de ma bouche ; en elles, rien d’équivoque ni de louche.

TR

Toutes les paroles de ma bouche sont sincères ; il ne s’y trouve rien de tortueux ni de pénible.

 
8:9

Toutes sont loyales au gré de l’homme intelligent, et probes pour qui possède le savoir.

TR

Elles sont toutes justes pour l’homme intelligent, et faciles pour ceux qui ont trouvé la science.

 
8:10

Attachez à ma morale plus de prix qu’à l’argent, à la vraie connaissance plus qu’à l’or de choix.

TR

Acceptez ma morale, et non l’argent ; la science est meilleure que l’or,

 
8:11

C’est que la sagesse est plus précieuse que les perles : tous les biens réunis ne la valent point.

TR

la sagesse est préférable aux pierres précieuses, et toutes les choses désirables ne la valent pas.

 
8:12

Je suis la sagesse, en pleine possession de la réflexion ; j’atteins la science des habiles conceptions.

TR

Moi, la sagesse, en demeurant avec la finesse et la science, je trouve les réflexions20*.

 
8:13

Craindre l’Éternel, c’est haïr le mal ; l’orgueil et l’arrogance, le chemin du malfaiteur, la bouche perverse, voilà ce que je déteste.

TR

Puisque la crainte de Dieu consiste à haïr le mal, moquerie, orgueil, mauvaise conduite et parole versatile, tout cela je le hais.

 
8:14

À moi les conseils, gage de succès ; je suis l’intelligence, et la force est mon attribut.

TR

À moi appartiennent le conseil et la doctrine ; je suis la raison, j’ai la puissance.

 
8:15

Par moi règnent les rois, et les princes fondent des lois de justice.

TR

Par moi règnent les rois, et les ministres décrètent la justice.

 
8:16

Par moi gouvernent les grands et les nobles, tous ceux qui rendent la justice sur terre6.

TR

Par moi gouvernent les princes, les nobles et tous les juges de la terre.

 
8:17

J’aime qui m’aime, et qui me cherche me trouve.

TR

Moi, j’aime ceux qui m’aiment, et ceux qui me cherchent, me trouvent.

 
8:18

Avec moi sont richesse et honneur, fortune durable et juste récompense.

TR

La richesse et l’honneur sont avec moi, ainsi qu’une fortune solide (acquise) honnêtement.

 
8:19

Mon fruit est meilleur que l’or et les métaux précieux, et mon produit — que l’argent de choix.

TR

Mon fruit est meilleur que l’or et le métal précieux, et mon produit est préférable à l’argent.

 
8:20

Je suis avec persévérance la voie de la justice, les sentiers de l’équité,

TR

Je fais marcher dans des chemins de vertu, et au milieu des sentiers du droit,

 
8:21

en donnant à ceux qui m’aiment des biens en partage, en remplissant leurs trésors.

TR

pour mettre ceux qui m’aiment en possession de tout ce qui existe21*, et remplir leurs trésors.

 
8:22

L’Éternel me créa au début de son action, antérieurement à ses œuvres, dès l’origine des choses.

TR

Dieu m’a produite comme début de sa création et comme sa première œuvre au commencement du temps.

 
8:23

Dès les temps antiques, je fus formée, tout au commencement, bien avant la naissance de la terre.

TR

Dès l’origine du monde, j’ai été élue, à l’époque la plus reculée de la terre.

 
8:24

Il n’y avait pas encore d’océan quand je naquis, ni de sources chargées d’eaux.

TR

Il a commencé par moi, alors qu’il n’y avait ni océans, ni sources pas plus qu’abondance d’eau,

 
8:25

Avant les montagnes plongeant dans les profondeurs, avant les coteaux, je fus douée de vie,

TR

avant que les montagnes ne fussent fixées, et avant les collines j’ai été créée,

 
8:26

avant que Dieu eût fait la terre et ses vastes espaces, la masse des glèbes du sol.

TR

alors qu’il n’avait pas encore fait la terre avec ses grandes places ni la première moite du monde.

 
8:27

Quand il affermit les cieux, j’étais là, et quand il traça un cercle autour de la surface de l’abîme ;

TR

À l’époque où il disposait les cieux, j’étais là. Et lorsqu’il dessina un voile sur la surface de l’océan,

 
8:28

quand il consolida les nuées dans les régions supérieures, quand jaillirent avec force les sources souterraines ;

TR

lorsqu’il consolida le firmament, en haut, et qu’il fortifia les sources de l’océan,

 
8:29

quand il imposa à la mer ses limites, empêchant les eaux d’enfreindre son ordre, et qu’il fixa les fondements de la terre.

TR

lorsqu’il traça à la mer sa limite, pour que les eaux ne pussent transgresser son ordre, lorsqu’il marqua les fondations de la terre,

 
8:30

Alors j’étais à ses côtés, habile ouvrière, dans un enchantement perpétuel, goûtant en sa présence des joies sans fin,

TR

j’étais tout à ses yeux, j’étais les délices de chaque jour ; je me réjouissais devant lui à tout moment.

 
8:31

m’égayant sur son globe terrestre et faisant mes délices des fils de l’homme.

TR

Cette joie était pour les habitants d’ici-bas, sur sa terre, et mes délices pour les fils d’Adam22*.

 
8:32

Et maintenant, mes fils, écoutez-moi : heureux ceux qui suivent fidèlement mes voies !

TR

Maintenant donc, vous, enfants réunis, écoutez-moi ; heureux ceux qui gardent mes voies.

 
8:33

Écoutez la loi morale pour devenir sages, et ne la traitez pas avec mépris.

TR

Écoutez la morale pour devenir sages, et ne la repoussez pas.

 
8:34

Heureux l’homme qui m’obéit, en accourant à mes portes jour par jour et en observant les piliers sur lesquels s’ouvre ma demeure !

TR

Heureux l’homme qui m’écoute, qui s’attache à mes battants de porte tous les jours, et qui garde les poteaux de mes entrées.

 
8:35

Car celui qui m’a trouvée a trouvé la vie et conquis la bienveillance de l’Éternel. »

TR

Car celui qui me trouve trouve la vie et obtient la bienveillance de Dieu,

 
8:36

Mais qui me manque se perd lui-même : me haïr, c’est aimer la mort !

TR

et celui qui pèche envers moi se fait du tort à lui-même, et ceux qui me haïssent aiment la mort.

 
 

Chapitre 9

9:1

La Sagesse s’est bâti une maison, elle en a sculpté les sept colonnes.

TR

La sagesse a bâti sa maison, et elle a taillé ses colonnes en grand nombre.

 
9:2

Elle a tué des animaux pour son festin, mélangé son vin et dressé sa table.

TR

Elle a préparé ses viandes et mélangé son vin ; elle a aussi dressé sa table.

 
9:3

Elle a mis en campagne ses servantes ; elle lance ses invitations du haut des éminences de la cité :

TR

Puis elle envoie ses servantes, elle appelle sur le sommet des toits les plus élevés.

 
9:4

« Quiconque a l’esprit faible vienne de ce côté ! » À celui qui est dépourvu d’intelligence, elle adresse la parole :

TR

Elle dit : Que celui qui est négligent se détourne (pour venir) ici ; et à celui qui manque d’intelligence je dirai :

 
9:5

« Venez, mangez de mon pain et buvez du vin que j’ai mélangé.

TR

« Venez, mangez de ma nourriture et buvez du vin que j’ai mélangé.

 
9:6

Laissez-là la sottise et vous vivrez ; dirigez vos pas dans la voie de la raison ! »

TR

Abandonnez l’insouciance et vivez, et laissez-vous guider dans le chemin de la raison. »

 
9:7

Morigéner le moqueur, c’est s’attirer des avanies, réprimander le méchant, c’est se marquer d’une tare.

TR

Combien font la morale à un moqueur, qui s’attirent à eux-mêmes la honte, et combien réprimandent un méchant, qui en reçoivent une tache23*.

 
9:8

Ne morigène pas le railleur, car il te haïrait ; fais des remontrances au sage, et il t’en aimera davantage.

TR

Ne reprends pas le moqueur de façon qu’il te haïsse, mais reprends le sage, car il t’aimera,

 
9:9

Donne [une leçon] au sage, et il deviendra plus sage ; instruis l’homme de bien, et il enrichira son savoir.

TR

Donne au sage ce qui le rendra encore plus sage, et enseigne à l’homme de bien ce qui le rendra encore plus instruit24*.

 
9:10

Le commencement de la sagesse, c’est la crainte du Seigneur, et la connaissance du Très-Saint, c’est là la saine raison.

TR

[=13] La sottise est comme une femme turbulente et insouciante, qui ne sait quoi que ce soit.

 
9:11

Certes, c’est grâce à moi que se multiplieront tes jours et que te seront dispensées de longues années de vie.

TR

[=14] Elle est assise près de la porte de sa maison, sur un siège, au plus haut du toit ;

 
9:12

Si tu deviens sage, c’est pour ton bien ; si tu deviens un persifleur, toi seul en porteras la peine.

TR

[=15] elle appelle les passants, dont les voies étaient droites.

 
9:13

Commère, la folie est bruyante, légère, inconsciente.

TR

[=16] Elle dit : Que celui qui est insouciant se détourne vers moi, et à celui qui manque d’intelligence je dirai :

 
9:14

Elle s’assied à l’entrée de sa maison, trône sur les hauteurs de la cité,

TR

[=17] « Que l’eau dérobée est douce ! et que les mets pris en cachette sont agréables ! »

 
9:15

pour appeler les passants, qui vont droit leur chemin :

TR

[=18] Et lui ne sait pas que là-bas sont les morts, et que ses invités sont dans les profondeurs de la géhenne.

 
9:16

« Quiconque a l’esprit faible vienne de ce côté ! » À celui qui est dépourvu d’Intelligence elle adresse la parole :

TR

[=10] Ce que la sagesse ordonne en premier, c’est la crainte de Dieu, et le résultat immédiat qu’amène la raison, c’est la connaissance du Saint.

 
9:17

« Suave est l’eau volée, délicieux le pain dérobé ! »

TR

[=11] Elle dit : Par moi se multiplieront tes jours, et s’augmenteront les années de la vie.

 
9:18

Il ne sait pas, lui, que là est le séjour des ombres, que les convives de cette femme sont déjà dans les profondeurs du Cheol7 !

TR

[=12] Si tu deviens sage, c’est pour toi-même, et si tu deviens moqueur, tu en supporteras la peine.

 
 

Chapitre 10

10:1

Proverbes de Salomon. Un fils sage fait la joie de son père, et un fils sot le tourment de sa mère.

TR

Proverbes de Salomon : Le fils sage réjouit son père, et le fils sot fait le chagrin de sa mère.

 
10:2

Les trésors de l’iniquité ne profitent pas, tandis que la vertu sauve de la mort.

TR

Les trésors (acquis) par la violence ne profitent pas ; mais la justice sauve de la mort.

 
10:3

L’Éternel ne laisse pas l’âme du juste souffrir de la faim, mais il refoule l’avidité des méchants.

TR

Dieu ne laisse pas le juste souffrir de la faim, et il écarte de lui le malheur qui atteint les méchants.

 
10:4

Travailler d’une main indolente, c’est s’appauvrir ; un bras laborieux enrichit.

TR

La pauvreté est la suite de la main qui se lasse, et la main des hommes actifs enrichit.

 
10:5

Amasser des provisions en été est d’un homme intelligent ; somnoler pendant la moisson, c’est se couvrir de honte.

TR

Le fils intelligent amasse pendant l’été, et le fils qui agit mal dort profondément au moment de la moisson.

 
10:6

Les bénédictions abondent sur la tête du juste ; la bouche des méchants recèle la violence.

TR

Les bénédictions descendent sur la tête du juste, et l’injustice couvre la face des méchants25*.

 
10:7

La mémoire du juste est une bénédiction ; le nom des méchants tombe en pourriture.

TR

De même, le souvenir du juste est une bénédiction et le nom des méchants s’efface.

 
10:8

Un esprit sage accueille des injonctions ; un sot bavard se crée des embarras.

TR

L’homme à l’esprit sensé accueille les préceptes, et celui qui raisonne sottement s’embarrasse.

 
10:9

Qui marche dans la droiture marche avec sécurité ; qui suit des voies tortueuses sera démasqué.

TR

Celui qui marche dans l’intégrité marche avec assurance, et celui qui prend les chemins ardus est reconnu pour tel26*.

 
10:10

Cligner de l’œil, c’est causer du déplaisir ; un sot bavard se crée des embarras.

TR

Celui qui cligne de l’œil cause de la peine, et celui qui parle sottement s’embarrasse également27*.

 
10:11

La bouche du juste est une source de vie ; la bouche des méchants recèle la violence.

TR

Le parole du juste est une source de vie, et la parole des méchants est étouffée par leur injustice28*.

 
10:12

La haine suscite des querelles ; l’amour couvre toutes les fautes.

TR

La haine excite les querelles, et l’amour couvre toutes les fautes.

 
10:13

Sur les lèvres de l’homme intelligent se trouve la sagesse ; le bâton est pour le dos des gens bornés.

TR

Dans le langage de l’homme raisonnable on trouve la sagesse, et la verge est pour le dos de l’homme inintelligent.

 
10:14

Les sages ont la pudeur de leur science ; la bouche de l’insensé est un danger toujours menaçant.

TR

Les sages thésaurisent la science, et la parole du sot est bientôt ruinée,

 
10:15

La fortune du riche est pour lui une place forte ; un sujet de crainte pour les pauvres, c’est leur misère.

TR

de même que la fortune du riche est sa place forte, et les haillons des pauvres sont leur ruine.

 
10:16

La récompense du juste, c’est la vie ; le revenu du méchant c’est l’expiation.

TR

Le salaire du juste est la vie, et ce que récolte le scélérat est une rétribution des péchés.

 
10:17

Tenir compte des réprimandes, c’est suivre le chemin de la vie ; fuir les remontrances, c’est s’égarer.

TR

C’est le chemin de la vie que de garder la morale, et celui qui néglige l’avertissement égare29*.

 
10:18

Dissimuler la haine est le fait de lèvres mensongères ; qui débite des calomnies est un sot.

TR

Celui qui cache sa haine a un langage faux, et celui qui répand des médisances est un sot.

 
10:19

Qui parle beaucoup ne saurait éviter le péché ; mettre un frein à ses lèvres, c’est faire preuve d’intelligence.

TR

Avec l’abondance de paroles la faute ne manque pas, et celui qui en retient ses lèvres est intelligent.

 
10:20

La langue du juste est de l’argent de bon aloi ; le cœur des méchants ne vaut pas cher.

TR

La langue du juste est comme de l’argent pur, et le cœur des méchants est faible30*.

 
10:21

Le juste nourrit la foule de sa parole ; les insensés meurent par leur manque d’intelligence.

TR

Le langage du juste dirige bien des gens, et les sots, par leur manque d’intelligence, les tuent.

 
10:22

C’est la bénédiction de l’Éternel qui enrichit, et nos efforts n’y ajoutent rien.

TR

Seule la bénédiction de Dieu enrichit, et la peine qu’on se donne n’ajoute rien.

 
10:23

Commettre une infamie est un jeu pour le sot ; de même se comporter avec sagesse pour l’homme avisé.

TR

Commettre une abomination est pour le sot comme un jeu ; la sagesse appartient à l’homme raisonnable.

 
10:24

Ce que redoute le méchant lui survient ; ce que souhaite le juste, on le lui accorde.

TR

Ce que redoute le méchant lui arrive, et ce que les justes désirent, Dieu le leur accorde.

 
10:25

Une bourrasque a passé, et le méchant n’est plus ; mais le juste est fondé pour l’éternité.

TR

Comme passe un ouragan le méchant disparaît, et le juste est le fondement du monde.

 
10:26

Ce que le vinaigre est pour les dents, la fumée pour les yeux, le paresseux l’est pour ceux qui l’envoient.

TR

Comme est le vinaigre pour les dents, et la fumée pour les yeux, tel est le paresseux pour ceux qui lui donnent une mission.

 
10:27

La crainte de l’Éternel prolonge les jours, mais les années des méchants sont courtes.

TR

La crainte de Dieu prolonge les jours, et les années des méchants sont abrégées.

 
10:28

L’attente des justes — cause de joie ; l’attente des méchants — cause de déception.

TR

L’attente des justes (aboutit) à la joie, et l’espérance des méchants est anéantie.

 
10:29

La voie de l’Éternel est une sauvegarde pour l’innocence et une menace pour les artisans d’iniquité.

TR

La voie de Dieu est une force pour les hommes intègres, et un écrasement pour les artisans d’iniquité31*.

 
10:30

Le juste ne chancelle jamais, tandis que les méchants sont instables sur la terre.

TR

Le juste ne trébuchera jamais, et les méchants ne demeureront pas dans le monde32*.

 
10:31

La bouche du juste est féconde en sagesse ; la langue perverse sera extirpée.

TR

La bouche du juste produit la sagesse, et la langue versatile sera retranchée.

 
10:32

Les lèvres des justes sont coutumières de bienveillance ; la bouche des méchants ne connaît que fausseté.

TR

Les lèvres des justes sont habituées à la bienveillance et la bouche des méchants est habituée à la versatilité.

 

Notes de la traduction du Rabbinat français :

1L’inconduite, les atteintes portées aux lois du mariage sont souvent flétries dans les Proverbes.

2Voir plus loin, chap.8, 22-31.

3Exige du débiteur qu’il s’acquitte de sa dette.

4La fin de ce verset est obscur.

5Texte : « ton cœur ».

6 כל שפטי ארץ D’après une autre leçon : כל שפטי צדק « Tous ceux qui rendent une justice équitable. »

7Voyez plus haut, 7 : 25-27.

Notes de l’édition française du Tafsir Rassag :

1* Saadia applique, dans son commentaire, les quatre mots du texte à quatre conceptions différentes : 1° les vérités indiscutables, comme les vérités arithmétiques ; 2° les vérités démontrables comme les théorèmes de la géométrie ; 3° les devoirs rationnels ; 4° les préceptes révélés.

2* Les idées s’effacent vite, si l’attention ne les fixe pas.

3* C’est-à-dire les moyens artificiels de garder dans la mémoire ce qu’on apprend.

4* D’après Saadia, le texte a en vue quatre enseignements : 1° les fables (qu’il est impossible de prendre dans le sens littéral) ; 2° l’interprétation des songes ; 3° les paraboles des prophètes, d’où leurs interlocuteurs eux-mêmes tirent la moralité : 4° les paraboles que les prophètes accompagnent de la moralité.

5* Saadia rattache le verset 18 au verset 16, et le verset 19 au verset 17.

6* Nous rendons ainsi l’arabe dâhi, par lequel Saadia a traduit lêṣ, bien que le dictionnaire arabe donne à dâhi le sens de rusé, trompeur. V. Ousoul, s. v., n.63.

7* Nous traduisons ainsi l’arabe fiqh par lequel Saadia rend touschhiyyâh. Saadia a en vue la science des pratiques religieuses, telle qu’elle a été développée par les docteurs.

8* C’est-à-dire, de passer d’une mauvaise action à une autre.

9* D’après Saadia, le premier membre de phrase se rapporte aux femmes et le second aux hommes.

10* Dans le premier membre du verset, il est question de la sagesse acquise par les recherches, dans le second de celle que Dieu a implantée, dans la nature de l’homme.

11* Dans le commentaire, Saadia paraît surtout penser à la sagesse, qui produit l’équilibre du monde.

12* C’est-à-dire qu’il ne faut pas trop s’enquérir s’ils méritent ou non la charité.

13* De manière qu’on reconnaisse la nature des uns et des autres.

14* Dans son commentaire, Saadia explique le verset en disant que l’impie, dans sa passion, considère le déshonneur et la mauvaise réputation comme peu de chose.

15* Saadia entend par prochain l’Israélite et par étranger le non-Israélite.

16* La septième, c’est la langue mensongère qui amène tous les autres vices.

17* Qui néglige les devoirs que la religion lui impose.

18* Le second ne fait que convoiter la femme ; le premier se brûle le corps, le second seulement ses vêtements.

19* C’est-à-dire le maniement des armes et le tir des flèches dans l’arène.

20* Saadia paraît avoir négligé les accents et avoir joint daʿat et mezimmâh. Il n’est pas impossible, cependant, qu’il faille traduire : Moi, la sagesse, je demeure avec la finesse, et (moi), la science, je trouve les réflexions.

21* Littéralement : l’être, opposé au néant.

22* La sagesse ajoute que la joie n’est pas pour elle-même, mais pour ceux qui la possèdent.

23* Par les insultes et les affronts qu’ils reçoivent du méchant.

24* Saadia appliquant les versets 1-9 aux partisans de la vérité et les versets 13-18 aux partisans de l’erreur, a rejeté à la fin du chapitre les versets 10-12, qui interrompaient le parallélisme des deux paragraphes.

25* C’est-à-dire que tout le monde les maudit.

26* Commentaire : L’homme déloyal n’est pas cru ; ou bien : Ses ruses finissent par être démasquées ; ou bien : Son attitude craintive le trahit.

27* Le sens paraît être : Celui qui fait des signes secrets cause de la peine aux hommes intelligents et met les sots dans l’embarras.

28* Ils ont peur de parler, ou bien on ne les écoute pas.

29* Soi-même et les autres.

30* Litt. : petit. Le sens est que le méchant n’a pas de confiance en lui-même.

31* Parce que les premiers obéissent aux ordres de Dieu, taudis que les seconds font juste le contraire.

32* Ni dans ce monde-ci, ni dans le monde futur.

Tafsir Rasag  : Version arabe des Proverbes dans : Œuvres complètes de R. Saadia ben Iosef al-Fayyoûmî, publication commencée sous la direction de Joseph Derenbourg continuée sous la direction de MM. Hartwig Derenbourg et Mayer Lambert. Volume Troisième. Paris : E. Leroux, 1893. [Version numérisée : archive.org].

Traduction du texte hébraïque : La Bible – traduite du texte original par les membres du Rabbinat français sous la direction de M. Zadoc Kahn Grand Rabbin. Tome II : Derniers Prophètes – Hagiographes. Paris (Durlacher), 1906. [Version numérisée : National Library of Israel].

Retour en haut