Bibliothèque numérique  ► Les Huit Chapitres de Maïmonide ► Présentation et sommaire ► Préface de R. Samuel Ibn Tibbon ► Présentation de Jules Wolff ► Traduction française ► Les Huit Chapitres ► Présentation de Jules Wolff ► Introduction de Maïmonide ► Chap. 1 ► Chap. 2 ► Chap. 3 ► Chap. 4 ► Chap. 5 ► Chap. 6 ► Chap. 7 ► Chap. 8.

Les Huit Chapitres de Maïmonide | שמונה פרקים לרמב”ם  

Chapitre 2

Traduction du judéo-arabe par R. Jules Wolff (1912)


Des transgressions1 que commettent certaines facultés de l’âme et de la connaissance de la partie qui renferme en premier lieu les vertus et les vices.

Sache que transgresser ou accomplir la loi2 (de Moïse) n’est possible que pour deux des différentes parties de l’âme, pour la partie sensitive et la partie attractive3. C’est par ces deux parties que se produisent toutes les transgressions et les actes de piété. Quant à la partie nutritive et à l’imaginative, elles ne sont susceptibles ni d’acte de piété, ni de péché, puisque ni la pensée, ni le libre arbitre n’ont d’action sur elles, et que l’homme, par l’effort de sa pensée, n’est capable ni de suspendre leur activité, ni de la restreindre en un point quelconque. La preuve, c’est que ces deux parties de l’âme, je veux dire la nutritive et l’imaginative, seules de toutes les facultés de l’âme, agissent même pendant le sommeil.

Quant à la partie intellectuelle, il y a doute à cet égard ; mais je prétends que pour cette faculté également l’acte de piété et le péché sont possibles, lorsqu’on admet une opinion fausse ou une opinion vraie. Cependant aucun acte (de cette faculté) ne peut être qualifié acte de piété ou de péché. C’est pour ce motif que j’ai dit au commencement que les transgressions et les accomplissements (de la loi mosaïque) relèvent des deux parties susmentionnées de l’âme. — En ce qui regarde les vertus, elles sont de deux sortes4 : les vertus morales et les vertus rationnelles, auxquelles s’opposent aussi deux sortes de vices.

Les qualités rationnelles appartiennent à la partie intellectuelle (de l’âme); telles sont la sagesse, qui est la science des causes éloignées et prochaines d’un fait dont on connaît déjà l’existence et dont on cherche les causes ; ensuite la raison, qui comprend la raison spéculative, laquelle nous est innée, j’entends par là (toutes) les notions premières5, et l’intellect acquis6, dont ce n’est pas ici le lieu de parler ; puis la sagacité, la vivacité d’esprit qui consiste à saisir rapidement une chose7 sans aucun délai ou dans un temps très rapproché. Les défauts de cette faculté sont l’inverse de ces qualités ou leurs contraires. — Les qualités morales (vertus) ne se rencontrent que dans la partie attractive (de l’âme) ; la partie sensitive (la sensibilité) n’étant à cet égard qu’au service de la partie attractive. Les qualités de cette partie sont très nombreuses, telles sont la continence8, la générosité, l’honnêteté, la mansuétude, l’humilité (modestie), le contentement9, le courage10 et d’autres encore ; les vices de cette partie (de l’âme) consistent dans le défaut ou l’excès de ces qualités.

Quant aux parties nutritive et imaginative (de l’âme), on ne peut employer, à leur égard, ni le terme de vertu, ni celui de vice; on dit seulement qu’elles se comportent11 bien ou mal ; c’est ainsi qu’on dit : un tel digère bien ou mal ; son imagination est défectueuse ou s’exerce normalement ; mais dans tout cela, il n’y a ni vertu, ni vice.

Voilà ce que nous nous sommes proposé d’indiquer dans ce chapitre.


1 L’hébreu a traduit ce mot par « conditions » ; il a donc lu ‫מעאני‬ au lieu de ‫מעאצי‬.

2 Litt : « les obéissances », c’est-à-dire les actes d’obéissance ou les commandements.

3 Ou appétitive.

4 C’est la classification d’Aristote : ἀρετή διανοητική et ἀρετή ἠθική. Cf. Morale à Nicom : II. Chap. 1.

5 Il s’agit des axiomes.

6 Voir pour la définition de l’intellect acquis le Guide, de Munk. p. 307 : « L’intellect acquis n’est autre chose que l’intellect en acte devenu en quelque sorte la propriété de l’homme, lorsque les formes intelligibles sont toujours présentes dans son intelligence et qu’il peut s’identifier avec elles, à tout instant, sans faire de nouveaux efforts, etc. »

7 C’est-à-dire « une idée. »

8 Corriger dans Ibn Tibbon : Bizrîzouth en Kizrîzouth. Il faudrait peut-être traduire le terme par « chasteté », mais, comme ce mot hébreu a un sens un peu vague, Ibn Tibbon ajoute en parenthèse : C’est-à-dire la crainte du péché.

9 Dans Ibn Tibbon, il y a encore : ce que nos docteurs désignent par la richesse, lorsqu’ils disent (dans le traité d’Aboth) : Qui est appelé riche ? Celui qui est satisfait de son sort. (Aboth 4:1). Ibn Tibbon met ici מְשמח au lieu de la leçon ordinaire שמח des éditions d’Aboth.

10 Ibn Tibbon a encore : et la fidélité (ou la foi).

11 Ibn Tibbon a comme texte : (que la partie nutritive) nourrit : il a lu ‫גאדי‬ au lieu de ‫.גאד‬ La trad. de Pococke laisse également à désirer dans ce passage.

Retour en haut